Quelle police de caractère choisir pour mon projet ?

18-05-20 | Graphisme Communication Typographie |

Comme pour le beurre dans la cuisine de nos grands-mères, la typographie est indissociable du design graphique. Elle est la retranscription formelle d’un message, elle permet de se comprendre, de transmettre des idées, des valeurs, et tout simplement de communiquer. Mais avant de commencer, revenons sur la différence entre typographie, police de caractère et fonte (ce n’est pas la même chose ? - et non), mais également sur la définition d’un caractère typographique ou d’un glyphe.

• La typographie est le mot « général » pour parler de composition de caractères, de textes gravés, imprimés ou affichés à l’écran.

• La police de caractère ou police d’écriture regroupe l’ensemble des glyphes (représentation graphique d’un caractère « a » ou d’un accent, d’une ponctuation, d’un espace, etc), les corps et les différentes graisses d’une famille.

• La fonte quant à elle, regroupe les glyphes ayant le même corps, la même graisse italique ou non d’une même police.

• Un caractère typographique est à l’origine une petite pièce en plomb dans laquelle était sculptée une lettre, un élément de ponctuation. Aujourd’hui un caractère n’est plus en plomb mais il a la même signification. Un caractère typographique peut également être appelé glyphe.

Exemple:
Police de caractère: Helvetica
Fonte: Helvetica, corps:12pt, graisse: regular
Caractère typographique ou glyphe: « A » «,» « ? »

Helvetica — Police de caractère et fonte
Helvetica — caractères et glyphes

Maintenant que vous commencez à être assez calé sur les petites subtilités de langage, nous pouvons passer à l’étape supérieure! Quelles sont les différentes parties qui composent une lettre et comment se repérer dans ce labyrinthe typographique ?

Un caractère est composé de différents éléments qui font sa particularité, et qui dit particularité dit singularité. Votre projet est sans doute unique, alors il va de soi qu’il aura besoin d’une police adaptée ! Peut-être lui faudra-t-il avoir une chasse importante ? (Non pas celle-ci, l’autre), j’aimerais plus de pleins et de déliés, ou je veux tout simplement un caractère sans empattement… Mais c’est quoi un empattement?

Voici quelques termes à connaître pour une meilleure compréhension de la suite de l’article:

• L'empattement (ou sérif): ce sont de petites terminaisons à l’extrémité des caractères. L’empattement viendrait initialement du geste, du dessin de la lettre, qui serait formé lorsque l’on fini le tracé de la lettre à la plume.
• Le corps: ll se mesure en point, c’est la hauteur d’un caractère comprenant jambages et hampes
• Descendante: partie de la lettre descendant en dessous de la ligne de base d’un caractère sans jambage (ex: a, b, n)
• Ascendante: partie de la lettre au dessus de l’oeil (hauteur du dessin des lettres sans hampe ni jambages exemple: a, e, n)
• La graisse: épaisseur du dessin de caractère, une graisse importante sera appelée « bold » et une graisse faible « light ».
• La chasse: la largeur d’un caractère

Construction d'un caractère typographique

Toutes les caractéristiques du dessin d’un caractère en font sa singularité. Ces spécificités sont héritées du dessin de la lettre mais aussi de l’outil d’écriture, comme les pleins et les déliés réalisés avec la plume. L’histoire de la typographie étant étroitement liée à l’évolution des techniques d’impression, il existe aujourd’hui une multitude de familles, de polices historiques, ou encore complètement hybrides. Il est alors indispensable de retracer cette histoire du dessin de caractère pour comprendre la spécificité de chacune des polices que l’on voit, et que l’on utilise.

Mais alors, quelle police de caractère choisir ?

Bien aisé celui qui vous donnera la bonne recette. Nous savons que le terme typographie provient de « typos » en grec qui signifie « empreinte, marque », c’est donc l’art d’inscrire sur un médium un message. La Typographie est par conséquent étroitement liée à la technologie de reproduction et d’impression. Comme pour le design graphique et les Arts visuels en général, les techniques ont influencé le dessin de caractère, ainsi une police incise, ou caractère gravé dans la pierre ou le métal comportera des particularités propres à la technique de gravure, notamment les empattements triangulaires rappelant la marque de burin.

Caractères typographiques en plomb

Une police de caractère est associée à une époque, un mouvement artistique, graphique, une société ou encore une culture, c’est pour cela qu’il en existe des milliers.
Il est nécessaire de comprendre l’évolution de la Typographie, du dessin de la lettre pour associer la bonne forme à votre projet. Une police de caractère raconte une histoire, cette histoire doit être la vôtre, sans quoi cette opposition peut nuire à la lecture et à la compréhension du message.

Notre oeil est depuis que nous sommes enfant habitué à lire des textes, des slogans, des logos, nous sommes « formatés » à l’usage de certaines polices dans des contextes définis. Nous avons tous en tête la Times, cette police pleine de richesse et d’empattements procurant au message un ton institutionnel, précieux et littéraire. Dans un tout autre registre, la Helvetica, sobre, stable, procure quant à elle un message universel. Deux polices de caractères et deux histoires différentes à raconter ! Mais ce n’est que le sommet de l’iceberg, nous ne pouvons certainement pas réduire la Typographie à ces deux polices !

Police Times
Police Helvetica

Comment s’y retrouver entre toute ces polices ?

Avec la création des premiers caractères typographiques, et donc des premières polices d’écritures, l’idée a germé d’organiser et de structurer ces dernières. Au début, les polices n’étant pas suffisamment nombreuses il n’était pas nécessaire d’établir une classification. C’est en 1766 que Fournier le Jeune énumère un semblant de catégories de caractères:

• Romain (le Jenson, le Romain du Roi)
• Italique
• Bâtarde (ronde, brisée, ancienne)
• Cursive française
• Lettres de somme
• Lettres de forme
• Lettre tourneure

À partir de 1870 Les polices de caractères se font de plus en plus nombreuses, des fonderies (nom de atelier de dessin et de création de polices) développent de nombreuses polices notamment en France et en Allemagne. Francis Thibaudeau (typographe français) s’écriera « quel encombrement, quelle accumulation d’éléments de compositions ! ». Il devient alors urgent de classer toutes ces polices d’écriture.

C’est en 1924 dans son Manuel français de typographie moderne , que Thibaudeau détermina la première distinction entre les caractères en fonction de leur empattement. Il distingue quatre familles:

• Elzévir: empattements plus ou moins triangulaires
• Didot: empattements filiformes
• Egyptiennes: empattements quadrangulaires
• Antiques: sans empattements
• Les inclassables seront des polices « fantaisies »

En 1929, Marius Audin distingue quant à lui trois grandes familles:

• Les gothiques (1. de forme; 2. De somme; 3. bâtarde)
• Les romains (1. elzévir, a: type, b: de transition; 2. Didot, a: type, b: égyptienne, c: latine; 3. antique)
• Les cursives: italique

Dans l’Entre-deux-guerres, la Typographie et les techniques d’impression se développent, des fonderies comme Monotype lance sur le marché 20 séries de caractères de texte de labeur, la classification Thibaudeau est vite dépassée et n’est plus d’actualité, il faut trouver un nouveau système d’organisation.
Au début de l’année 1950, chaque pays et chaque typographe y va de sa nomenclature: l’Angleterre avec Berry-Johnson, John C. Tarr, Bastien, Aldo Novarese (Italie), Jacno (France) pour ne citer qu’eux. On ne détaillera pas ici l’ensemble des processus de classification mais nous pouvons retenir une seule chose: ce fut un échec. Pourquoi ? Tout simplement car entre chaque pays, malgré la même dénomination, on parlait de polices de dessins différents. En France l’Antique est un caractère sans empattement alors qu’en Allemagne l’Antiqua désigne les caractères romains (avec empattements), les Gothiques en France sont les Gothics (sans empattement) aux États-unis.

Classification Thibaudeau
Classification Aldo Novarese

En 1953 un graveur, dessinateur et illustrateur nommé Maximilien Vox, établit une nouvelle classification prenant en compte ces nuances de langage et intègre les « fractures » à la catégorie des « manuaires » (polices faites à la main), pour satisfaire l’Allemagne (cf article sur le Futura ). Cette classification est entérinée par l’Association des compagnons de Lure en 1954, officialisant son usage.

« La classification Vox-Atypi (Atypi: Association typographique internationale, fondée en 1957 par Charles Peignot) a pour nous le mérite, sur le plan diachronique de recouvrir à peu près l’histoire des formes typographiques ou, du moins, d’en garder les grandes périodes. Pour ce faire Maximilien Vox a forgé un certain nombre de néologismes qui renvoient au star-system typographique ou à des réinterprétations de termes traditionnels. »

Blanchard Gérard, Pour une sémiologie de la typographie, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

La classification Vox est composée de 10 catégories typographiques:

• Groupe 1: Les humanes (caractères des débuts de l’imprimerie)
• Groupe 2: Les garaldes (caractères de la Renaissance)
• Groupe 3: Les réales (caractères du XVIIIe siècle monarchique)
• Groupe 4: Les didones (les didots de Thibaudeau)
• Groupe 5: Les mécanes (Les égyptiennes de Thibaudeau)
• Groupe 6: Les linéales (les bâtons ou antiques de Thibaudeau)
• Groupe 7: Les incises (inscriptions monumentales de la Rome antique)
• Groupe 8: Les manuaires (écriture lente à main posée et caractères où le dessin l’emporte sur l’écriture)
• Groupe 9: Les scriptes
• Groupe 9: Les fractures
• Groupe 10: Les caractères non latins (arabes, hébreux, grecs, etc.)

Vox Maximilien, Pour une nouvelle classification des caractères.

Classification Vox-Atypi
Classification Vox-Atypi

Une police de caractère, c’est comme une paire de chaussure : chaque situation a sa paire, son style propre en fonction de ce que l’on souhaite transmettre. Je ne vous parle pas des petits sorciers de la mode qui mettent des Nike Air Jordan pour leur mariage. Il convient à tout le monde que les baskets sont d’abord faites pour le sport, et les espadrilles pour les soirées pétanque de juillet. Le choix d’une police doit donc être fait en fonction d’un contexte. Il est absurde de critiquer la Comic sans, en la cataloguant comme hérésie de l’art typographique. Elle a en effet un style bien à elle, mais qui correspond à un projet particulier. Microsoft commande à Vincent Connare une police d’écriture pour illustrer le message présent dans des bulles de dialogue style « comics book » du chien Rover, l’ancêtre de Siri. Dans ce contexte on peut comprendre les choix du dessin de caractère. Il est bien évidement inenvisageable d’utiliser la Comic sans pour la communication d’une entreprise de cosmétiques par exemple.

Rover & Comic sans
Chanel x Comic sans

Choisir la bonne police pour son projet, c’est avant tout savoir ce que l’on souhaite raconter.
Cette dernière doit-elle être universelle ou faire référence à une période historique en particulier, doit-elle être dénuée de pleins et de déliés ou à l’inverse doit-elle montrer le geste de l’outil typographique ? On ne choisit pas une police de caractère parce qu’elle est tendance, car elle doit répondre à des problématiques comme tout autre élément formel de votre projet.

La typographie comme hiérarchie de contenu:

Il faut distinguer police de titrage et police de texte de labeur:

• Police de titrage: comme le nom l’indique, celle-ci est utilisée pour les titres. C’est à dire en corps important, permettant ainsi d’avoir une police plus fantaisie, plus libre. Le titre est lu avec clarté et la police apporte quant à elle de la singularité.

• Police de labeur: à l’inverse, la police de labeur est exclusivement réservée au texte de petit corps 8pt-14pt, et doit privilégier la lecture et la compréhension du texte. La Police sera donc moins singulière et plus conventionnelle.

Police de titrage
Police de texte de labeur

La fonction première de la typographie est la lecture d’un message, d’un texte, elle sert à organiser un contenu et pour cela il est évident que chaque police doit être testée en fonction des attentes de votre projet. Comme énoncé précédemment, certaines typographies ornementales seront exclusivement consacrées à l’usage de titrage alors que certaines vous permettront de construire avec plus d’habileté votre mise en page.

Explication d’un cas concret:

Dans le cadre de la création de l’identité visuelle de la galerie Pome Turbil réalisé par notre agence, nous avons fait le choix d’utiliser la police Dala Floda, dessinée par Paul Barnes entre 2010 et 2014 et distribuée par la fonderie de Commercial Type. Nous voulions faire référence à l’envers de la galerie, notamment les caisses de stockage des oeuvres sur lesquelles sont inscrites au pochoir les informations relatives à l’artiste. La galerie Pome Turbil porte le nom de la créatrice de cet espace d’exposition inscrit dans le paysage de l’art contemporain lyonnais depuis des années. Nous avons tout d’abord pensé à une police de caractère stencil (pochoir) en référence au marquage des caisses, puis nous souhaitions un caractère avec empattement, qui apporterait une approche institutionnelle et délicate à l’identité. La Dala Floda répondait à tout les spécificités visuelles que l’on souhaitait associer au concept du projet.

Police Dala Floda

Trouver la bonne police de caractère pour son projet c’est avant tout se poser les bonnes questions. En 2020 il est plus facile de faire circuler des polices qu’en 1850, il est alors plus difficile de faire des choix et plus facile de faire des contre-sens. Nous vous invitons à prendre contact avec les fonderies de caractères qui sauront vous expliquer chacune des polices dessinées et comment optimiser leur usage, car certaines sont pensées spécifiquement pour les écrans et d’autres pour l’impression. Nous tâcherons dans un prochain article de nous rapprocher d’une fonderie pour vous en dire plus ;).

Quelques fonderies qu'on aime bien:

Blaze Type
Colophon foundry
Pizza typefaces
Optimo
Production Type
Commercial Type
Klim Type Foundry
Velvetyne Foundry
The designers Foundry
Radim Pesko
Hoefler&Co

Articles similaires ⬎

+
+
+

Nous utilisons des cookies 🍪 pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

J'accepte